24/06/2016 antonin

Michael Jackson et la « PUB »

Mardi dernier, jour de la fête de la musique, en lisant l’article du Figaro sur Michael Jackson, je me suis aperçu que cet homme fera parler de lui encore bien des années après sa mort.

Je ne comprends pas vraiment pourquoi les médias s ‘évertuent à créer du contenu sur ses affaires de pédophilie. S’il est coupable, nous devons du respect pour les victimes et s’il est innocent, respectons sa famille et sa mémoire.

Ce que je garde en mémoire de Michaël :

– Sa façon de faire rêver par son art la planète entière.
– Ses pas de danses dépassant les lois de la physique.
– Ses musiques qui feraient danser un mort.
– Son évolution artistique, sa créativité, son talent.

Revenons à nos moutons, Michaël et la PUB.

De son vivant :

Musique de pub Alpha bites

« Au cours des années 1970, c’est l’essor des Jackson V notamment avec le tube ABC. La marque de céréales Alpha Bits profite de ce phénomène musical pour promouvoir ses céréales en formes de lettres. La décennie 70 est marquée par les nombreux spots de la marque faisant appel aux Jackson V. Au sens strict ce sont les premières publicités avec MJ ».
Advertising times

 

Musique de pub Pepsi Cola

« Une association inédite et une nouvelle façon de communiquer
A l’hiver 1983, un an à peine après avoir été sacré “king of pop” suite au succès phénoménal de Thriller, Michael Jackson signe un contrat historique avec PepsiCo. Un chèque de 5 millions de dollars, un montant record pour l’époque, sert à sceller l’union de deux énormes entités de la culture mainstream. Logos gigantesques, publicités, évènements publics, le deal est à 360 degrés et couvre tous les champs des possibles mais laisse à Michael Jackson un droit de regard sur tout.

Si une telle opération marketing paraît aujourd’hui évidente, elle fait pourtant figure de pierre angulaire d’un système auquel se prêtent aujourd’hui de nombreuses célébrités. Bien plus qu’une égérie, Michael Jackson incarne Pepsi de façon multidimensionnelle (c’est ce qu’on appelle l’endorsement). C’est en cela que la démarche est inédite.
Si Pepsi a mis le prix pour avoir la mégastar du moment c’est aussi pour mettre une raclée à son concurrent historique, Coca-Cola. Jay Coleman, le président fondateur d’Entertainment Marketing & Communications International, qui a mis sur pied le deal entre Jackson et Pepsi, a raconté à Billboard la genèse de l’histoire :
“Le président de Pepsi de l’époque, Roger Enrico, cherchait LA grande idée pour lancer sa campagne ciblée jeune nommée New Generation. Le but était de rendre Pepsi jeune et Coca vieux. Et Michael Jackson incarnait la symbiose de la jeunesse et du succès.” » Les inrocks

 

Musique de pub :Suzuki

« Michael Jackson étant un artiste qui s’exporte très bien, l’ensemble des marques internationales commence à le désirer. En 1983, Michael est encore au début de sa carrière et accepte de tourner deux publicités pour Suzuki. Il est intéressant de voir que ces deux publicités collent parfaitement à son image de l’époque et qu’il s’efforcera de défendre même pendant les pires années de sa vie : l’amour à tout prix. Slogan tout trouvé : « Love is my message ». »Advertising times.


Après sa mort :

Musique de pub Sony xperia Z2

Même après sa mort Michaël représente les marques et fait vendre.
A l’occasion des 5 ans de la mort de la star, paraît l’album posthume Xscape. Le titre « slave to the rythm » sert de bande son pour la marque Sony. On y voit un chorégraphe enseigner les mouvements d’un danseur Hip-Hop sur le titre inédit de la star grâce à une vidéo visionnée sur le téléphone.

Pour le fun et pour finir Cetelem ☺

Michaêl pourrait se retourner dans sa tombe car il a été « ridiculisé » dans cette pub et attaquer en procès la marque mais je ne pense pas que cela lui apporterait beaucoup d’argent. Michel Polnareff l’a fait et n’a pas encore perçu un sous.
La publicité est tout de même réussie et très fun.